Le centre culturel de Roques-sur-Garonne

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies qui permettent le bon fonctionnement de notre site et de ses services. En savoir plus OK

Actualité

La culture, c’est aussi de l’agriculture !

La culture, c’est aussi de l’agriculture !

Société
Publié le 5 Oct 2017
Une étude récente intitulée « Les représentations de la culture dans la population française » par Jean Michel Guy commandée par le DEPS (Département des Etudes de la Prospective et des Statistiques) et publiée dans la Collection Culture Etudes en septembre 2016, a intégré dans les statistiques une nouvelle catégorie de personnes pour qui « la culture, c’est aussi de l’agriculture ! ».
 
L’étude discerne en effet trois registres de la culture qui est perçue comme :
 
 
  • La culture comme somme des savoirs et de connaissances, sens spontanément mobilisé par 41 % des Français. Registre qui renvoie à une conception héritée de la vision encyclopédique du siècle des Lumières.
  • Un ensemble de valeurs : la tolérance, le bien-être, la curiosité, l’enrichissement, ou encore appréhendée sous un angle global : « c’est la vie », « c’est tout » (37% des répondants).
  • La façon de vivre ou de penser (habitudes culinaires et vestimentaires, des croyances religieuses, rites, fêtes…) d’un groupe d’individus, soit une approche anthropologique que partagent 19% des répondants.
  • Enfin, 15% des personnes interrogées associent spontanément la culture à l’agriculture.
Pourquoi 1 personne sur 8 semble associer naturellement la culture à l’agriculture ?
 
L’étymologie devrait nous permettre d’y voir plus clair.
L’agriculture, du latin agricultura, se compose à partir de « Ager » signifiant « Champ » et de colere signifiant « cultiver ». Il s’agit donc d’un processus par lequel les êtres humains aménagent leurs écosystèmes pour satisfaire les besoins (alimentaires et autres) de leurs sociétés.
Ainsi pourrait-on dire que l’agriculture comme la culture répondent au même besoin physiologique de l’homme de se nourrir !
 
A l’heure où les mutations écologiques nous amènent à reconsidérer « la terre », « les terres » que nous cultivons, de manière plus respectueuse à la fois de l’environnement, de la nature, et de la santé des êtres humains, il est intéressant de constater le nouveau rapprochement de deux termes proches, mais longtemps restés éloignés ou tenus à l’écart l’un de l’autre.
Culture/Agriculture, les deux termes pourraient être indissociables si l’on pense que la culture de l’esprit est complémentaire à la culture de la terre pour préserver la survie de l’humanité en même temps que la subsistance alimentaire. La culture aujourd’hui, a autant à voir avec l’agriculture et la façon d’envisager la culture de la terre, que la façon d’envisager la culture de l’humain et la nourriture de l’esprit. L’appauvrissement en terme de diversité est réel et il peut s’aggraver demain si nous n’y prenons garde.
 
 
Penser « culture de masse » et « agriculture intensive » n’est pas la même chose que de penser « culture de proximité » et « agriculture biologique » ou « biodiversité culturelle ». En effet, dans un écosystème mondialisé, plusieurs conceptions existent et s’opposent ; l’une privilégiant le profit et la rentabilité et l’autre privilégiant la relation humaine et la diversité au bénéfice d’une meilleure santé, d’une meilleure qualité de vie en société.
Ainsi, les villes verdissent : Roques est au rendez-vous !
 
Pionnier en la matière, le ramier offrait déjà un bel espace aménagé, propice aux promenades pour les uns, au sport pour les autres, à la contemplation, aux rêveries solitaires ou aux déambulations collectives … Mais depuis quelques années, des initiatives remarquées que nous devons au service environnement soutenues par les élus, ont pris forme sous vos yeux : jachères fleuries, hôtels à insectes, pâtures de brebis sont désormais au service d’une gestion de l’espace respectueuse de l’environnement.
 
 
Depuis quelques mois, vous êtes nombreux à nous interroger sur le nouvel espace aménagé devant le Centre Culturel du Moulin, situé au cœur du ramier. Tour à tour, une cabane de jardin, puis un espace pique-nique et une succession de petites parcelles sont ainsi sorties de terre. A chaque semaine son événement … le tout réalisé par les soins des Service Techniques … et annonçant la création de « jardins citoyens » !
Mais à ce jour, une chose reste encore invisible à vos yeux … au cœur de ces jardins, une initiative s’inscrivant dans la continuité du projet grainothèque dont l’inauguration avait eu lieu en septembre 2016 à la médiathèque. Un indice peut-être ? « Le résultat d’une volonté commune », associant le service environnement au service culturel de votre ville …
La réalisation d’une parcelle de jardin dédiée à la culture, au sens englobant du terme. Un espace pour découvrir, mieux connaître, partager, protéger, ensemble !
 
 
Nous ne vous en dirons pas davantage. Une surprise à ciel ouvert vous attend !

Focus sur les 48h de l’agriculture urbaine

 

A l’instar des éco-festivals qui fleurissent dans de nombreux territoires aussi bien ruraux qu’urbains (voir l’éco-festival de Nérac, la Garenne Partie), plusieurs initiatives voient le jour afin de sensibiliser aux bienfaits de l’agriculture et de la culture partout où cela est possible !
 
Ainsi est née en 2017 « Les 48h de l’agriculture urbaine », le week-end des 18 et 19 mars, moment fort, à l’image de la fête de la musique, visant à mettre en avant graines, rateaux, arrosoirs, pelles et binettes, tous les outils nécessaires à la fabrique du Vivre Ensemble !
 
Plus d’infos sur :

Partager

Google Plus

Abonnez-vous à notre newsletter !

Veuillez renseigner votre adresse email et recopier le code anti-spam.

captcha 

Suivez-nous !